GEPI

De la conception instrumentale
à l’exploitation des observables
Accueil du site > Pôle Scientifique > Physique stellaire et galactique

Physique stellaire et galactique

JPEG - 6.1 ko
La Galaxie et les Nuages de Magellan
John Carpenter & Robert Hurt/2MASS Project

La thématique scientifique de l’équipe Physique stellaire et galactique comprend deux volets. D’une part l’étude de la formation, de l’évolution et de la structure interne des étoiles et des mécanismes physiques et chimiques associés. Et d’autre part, l’étude de la formation, de la structure et de l’évolution de notre galaxie et des galaxies du Groupe Local.

L’équipe explore l’évolution des étoiles et de leur environnement associé, ainsi que les mécanismes physiques et chimiques moteurs de cette évolution. Elle étudie les phases d’éjection de matière formant les enveloppes circumstellaires, notamment pour les étoiles chaudes récemment formées et les étoiles froides en fin d’évolution. Les processus essentiels incluent les oscillations et la rotation stellaires, le champ magnétique, les chocs et écoulements hydrodynamiques, la condensation des poussières solides, l’émission des différents rayonnements. L’équipe mène des développements en analyse mathématique et en modélisation numérique. Elle conduit des observations utilisant les moyens lourds dans les domaines visible, infrarouge, et radio, spécialement en haute résolution temporelle, spectrale et angulaire. Cette équipe étudie également la structure cinématique et chimique de la Voie lactée et des galaxies proches. Le but est de comprendre comment les grandes structures de la Galaxie (bulbe, disques, halos) sont apparues et ont évolué, et de retracer l’histoire de la formation des étoiles et de leur évolution dynamique au sein de la Galaxie. Pour cela, les paramètres de grands nombres d’étoiles sont mesurés tels que les parallaxes et les mouvements propres obtenus par Hipparcos, et plus tard par Gaia, ainsi que les abondances en différents éléments clefs (Fe, Li, C, N, O, Ba, U…) et les vitesses radiales à l’aide de spectres à haute résolution obtenus sur les instruments les plus performants comme UVES et GIRAFFE au VLT.


Gaia : première image de test

L’image ci-dessous est une image de test du jeune amas globulaire NGC1818 dans le Grand Nuage de Magellan. Cette image a été prise dans le cadre de la phase d’étalonnage du satellite avant le début de la phase scientifique de la mission ; le satellite n’est donc pas encore complètement focalisé ni le mouvement optimisé
Lire la suite

Gaia DR1 : 14 septembre 2016

2016/09/14. Cette image a été réalisée à partir des données du premier catalogue Gaia : GDR1 ! On y distingue de nombreux objets célestes ainsi que les traces du balayage du ciel effectué par Gaia pendant les 14 premiers mois de la mission. Pour l’astrométrie, cette science des positions et des mouvements des objets célestes, une nouvelle ère débute aujourd’hui. Le 14 septembre 2016 à 12:30, l’Agence Spatiale Européenne (ESA) et le Consortium Européen...
Lire la suite

Rosine Lallement élue à l’Académie des Sciences de Russie

Rosine Lallement est chercheur au CNRS depuis 1986. Elle a travaillé avec trois générations de chercheurs russes (et collabore encore avec les deux plus jeunes) sur l’interaction entre le soleil et le nuage de la Galaxie dans lequel notre étoile se déplace en ce moment.
Lire la suite

Soutenance de thèse de Laura Ruiz-Dern

Directeurs de thèse : Carine Babusiaux (Observatoire de Paris) Frédéric Arenou (Observatoire de Paris) La mission Gaia de l’Agence Spatiale Européenne (ESA) a pour objectif de cartographier notre galaxie avec une précision astrométrique jamais atteinte auparavant. Il est donc particulièrement important que les données qui seront publiées soient rigoureusement validées afin d’assurer une qualité optimum au Catalogue. Ces validations sont faites par...
Lire la suite

Zoom sur