GEPI

De la conception instrumentale
à l’exploitation des observables
Accueil du site > Pôle Scientifique > Physique des galaxies et cosmologie > Actualités > Découverte d’une nouvelle classe de (...)

Découverte d’une nouvelle classe de lentilles gravitationnelles

Cosmologie et grandes structures

R. Cabanac, D. Valls-Gabaud, et al. (2005), A&A 436, L21 : Discovery of a high-redshift Einstein ring R. Cabanac et al. (2007), A&A 461, 813 : The CFHTLS strong lensing legacy survey. I. Survey overview and T0002 release sample  R. Cabanac, D. Valls-Gabaud, C. Lidman (2008), MNRAS 386, 2065 : Medium-resolution spectroscopy of FORJ0332-3557 : probing the interstellar medium and stellar populations of a lensed Lyman-break galaxy at z = 3.77

Alors que la plupart des effets de lentille gravitationnelle sont observés soit dans les amas de galaxies (formation d’arcs) et les grandes structures (effet de weak shear), soit dans les étoiles (microlentilles dans la Galaxie, Nuages de Magellan, M31, courbes de lumière des quasars), le CFHT Legacy Survey a permis de découvrir que les groupes de galaxies produisent, eux aussi, des effets. Au-delà de la meilleure compréhension de la formation de ces groupes de galaxies, véritables chaînons intermédiaires en masse entre les galaxies et les amas, ces résultats vont permettre de mesurer les paramètres cosmologiques d’une façon totalement indépendante des méthodes actuelles (basées sur le rayonnement cosmologique de fond, les oscillations acoustiques baryoniques (BAO), les mesures de distance des supernovae SN Ia distantes etc…). En effet, la fonction de distribution de rayons d’Einstein est très sensible à la métrique sous-jacente de l’espace-temps, et permettra une détermination précise et indépendante des paramètres cosmologiques.

À lire Également