GEPI

De la conception instrumentale
à l’exploitation des observables

Soutenance de thèse de Lauriane Delaye

Évolution des propriétés structurelles des galaxies de type précoce dans différents environnements

Évènements associés

  • Le mardi 12 mars 2013 de 14:00 à 15:30 - lieu : Salle du Conseil - bâtiment Perrault

Directeurs de thèse :

  • Simona Mei (GEPI - Observatoire de Paris)
  • Marc Huertas-Company (GEPI - Observatoire de Paris)

L’évolution qui mène à la formation des galaxies massives de type précoce telles qu’on les observe aujourd’hui fait grand débat depuis la découverte de galaxies passives massives à z∼1-2 plus compactes que leur équivalent dans l’Univers local. Deux principaux scénarios sont proposés pour expliquer l’augmentation de taille de ces galaxies : expulsion du gaz ou fusions mineurs pauvres en gaz, mais aucun des deux ne permet de rendre compte de tous les résultats observationnels. L’environnement qui a encore été peu étudié jusqu’à présent, intervient alors comme une variable supplémentaire pour contraindre les modèles et tenter de dégager le bon scénario.

Dans ce travail de thèse, j’ai analysé la relation masse-taille et l’évolution en taille des galaxies passives de type précoce dans un échantillon de 9 amas de galaxies massifs, dans l’intervalle 0,8 < z < 1,5, et comparé à un échantillon homogène de galaxies de champ. Toutes les propriétés (taille, masse, morphologie) sont estimées de la même façon dans les deux échantillons.

Le principal résultat est que nous ne détectons pas de différences significatives dans la relation masse-taille ni dans l’évolution de la taille des galaxies de type précoce vivant dans le champ et dans les amas depuis z∼1,5. L’absence de dépendance avec l’environnement est aussi indépendante de l’intervalle de masse considéré. Nous détectons en revanche une dépendance de la taille avec la morphologie  : les galaxies lenticulaires paraissent en moyenne plus compactes que les galaxies elliptiques à masse stellaire fixée. Finalement, nous comparons nos résultats avec les prédictions de deux modèles semi-analytiques de basés sur les arbres de fusions de la simulation Millénium. Cela permet de mettre quelques contraintes sur les propriétés des modèles d’évolution de galaxie.