GEPI

De la conception instrumentale
à l’exploitation des observables
Accueil du site > Pôle instrumental > Actualités > Nouvelle arrivante au Pôle Instrumental

Nouvelle arrivante au Pôle Instrumental : Delphine Dumas

Toulousaine de cœur et d’origine, Delphine Dumas a rejoint le GEPI au 1er mars 2012. Attirée très tôt par les sciences, Delphine décroche son bac S en 2003 et se lance dans des études d’ingénieur à l’INSA de Toulouse. Les matières scientifiques qu’elle y découvre, renforcent son goût pour les maths et la physique. Elle choisit alors de se spécialiser au cours des cinq années de l’INSA dans la spécialité « génie physique ».

Au cours des deux stages au CNES et au CEA, elle découvre véritablement le monde de la recherche. Elle choisit ainsi en dernière année, de suivre en parallèle les cours du Master Recherche orienté matériaux et nanotechnologie ce qui lui permet de s’inscrire en thèse au CEA après son stage de fin d’étude. Elle obtiendra son doctorat, spécialité « Physique, Physique des matériaux » trois ans plus tard.

Sa thèse, effectuée au CEA LETI à Grenoble, porte sur le développement technologique de détecteurs infrarouge, courbés sphériquement pour simplifier et miniaturiser les systèmes optiques. L’idée est de copier la nature car, malgré la diversité des systèmes de visions, aucune rétine dans le monde animal n’est plane contrairement aux plans focaux des caméras que l’on fabrique. Notamment, en courbant de manière concave le détecteur, une aberration (la courbure de champ) est directement supprimée, ce qui permet de miniaturiser la caméra tout en améliorant la qualité optique obtenue car on supprime des éléments optiques devenus inutiles ! Elle a entièrement développé ce sujet, autant technologiquement que du point de vue applicatif et a su intéresser de nombreux domaines à cette thématique (robotique, médecine…) et même l’astrophysique, puisque les rétines courbes simplifieraient grandement les instruments à large champ !

Delphine est recrutée pour 3 ans sur un contrat longue durée au CNRS en qualité de chef de projet pour le projet SST-GATE et coordinatrice du consortium GATE. Le projet constitue une plate-forme de prototypage pour CTA (Cherenkov Telescope Array), projet mondial qui sera constitué de deux réseaux composés d’une centaine de télescopes Cherenkov de nouvelle génération destinés à l’étude des sources violentes de rayonnement gamma à très haute énergie. GATE regroupe plusieurs laboratoires franciliens et va conduire, entre autres, à la construction sur le site de Meudon de l’Observatoire de Paris d’un prototype de télescope mettant en oeuvre une architecture Schwarzschild-Couder, encore jamais réalisé dans le cadre de l’astronomie. Les performances de ce télescope de 4mètres répondent en effet particulièrement bien aux besoins des petits télescopes du projet CTA.

Vous pouvez rencontrer Delphine aux Communs, où elle réside actuellement dans le bureau 132.

À lire Également